partager
l'auteur

Blues 42

Jean-Philippe Porcherot, journaliste à Blues Magazine et à Soul Bag

Nina VAN HORN
en concert le 30 Octobre 2010
publié le 9 novembre 2012
C’est en trio qu’avait choisi de se produire Nina Van Horn au "Mi" Lieu du Blues pour présenter un set émouvant à la gloire des grandes chanteuses de blues du début du XXème siècle.

"Down In The Alley" de Memphis Minnie débutait cette soirée au cours de laquelle, Nina Van Horn interpréta quelques perles musicales d’un riche répertoire blues féminin, de Ma Rainey à Sister Rosetta Tharpe en passant par Bessie Smith et Georgia White.

Chanteuse à la voix assurée, Nina Van Horn n’était accompagnée que de ses deux guitaristes aux jeux très complémentaires, le japonais Mar Todano et l’américain Marten Ingle (habituel bassiste du groupe).

Exposant avec une grande sensibilité les problèmes auxquels ces blueswomen étaient confrontées au quotidien, Nina Van Horn délivrait entre chaque morceau quelques anecdotes sur la condition de ces femmes afro-américaines, abordant les thèmes aussi variés que le racisme ou l’homosexualité, sans oublier la drogue à travers des chansons de Victoria Spivey et Lil Green ou l’alcool avec un titre de Kate McTell.

Si "Strange Fruit" de Billie Holiday fut l’un des grands moments de ce concert, l’interprétation du "TB Blues" de Victoria Spivey (sur le thème de la tuberculose) ou l’hommage rendu par Nina Van Horn à toutes ces femmes dans sa composition personnelle "Sisters Sisters". Toutes ces chansons figurent sur le CD "Hell Of A Woman" que complète un excellent ouvrage au titre identique rédigé par Nina Van Horn, permettant à tout un chacun de parfaire ses connaissances sur le blues au féminin.

La soirée se terminait avec un répertoire plus habituel pour le trio dont on retiendra une composition de Marten Ingle ("Everyday") et un titre de Paul Rodgers écrit en hommage à Muddy Waters, sans oublier une très bonne composition de ... Bruce Willis (! !!).