partager
l'auteur

Blues 42

Jean-Philippe Porcherot, journaliste à Blues Magazine et à Soul Bag

BLUZ
en concert le 4 Février 2012
publié le 29 février 2012
Bluz
Harmonica Jones
Zu
Zu
Harmonica Jones
Zu
Zu
Bluz
Zu et Harmonica Jones réunis pour la bonne cause sous la bannière du BLUZ, ça ne suffit pas vraiment pour convaincre un public de connaisseurs tant le manque d’originalité du répertoire proposé banalisa cette prestation.

Curieux cocktail que ce duo formé d’un guitariste-chanteur aux qualités vocales pourtant intéressantes associé à un harmoniciste assez terne et dont le fond de commerce revisite les standards du blues.

La liste des titres interprétés au cours de ce set inégal serait trop longue à énumérer ici. Notons simplement que "Key To The Highway" introduisit la prestation de façon plutôt flatteuse avant qu’on ne reconnaisse des titres comme "I’m A King Bee" ou "Rock Me Baby", ainsi que des reprises de Blind Boy Fuller ou de Ray Charles. Nous retiendrons une bonne interprétation de "Nobody Knows You ...". Après la pause, Bluz nous offrit une seconde moitié de set peu convaincante (excepté "The House Of Rising Sun"). Débutant sur "I Got A Woman", enchaînant avec "Route 66", puis des reprises de T.Bone Walker, de Robert Johnson ou de John Lee Hooker pour ne citer qu’eux, un "Before You Accuse Me" sans relief et les sempiternels "Sweet Home Chicago" et "Got My Mojo Working", on aura pratiquement fait le tour de ce que peut offrir ce duo.

En conclusion, un répertoire opportuniste d’une grande banalité nuisant quelque peu à la sincérité de la démarche d’un Bluz n’apparaissant pas au meilleur de sa forme.